Fondation Hôpital Saint Joseph
La Fondation poursuit son action grâce à votre générosité Faire un don

Accueil > Notre Histoire > Les œuvres de l'abbé Fouque

Notre Histoire

Les œuvres de l'abbé Fouque

Les oeuvres de l'abbé Fouque

Les œuvres créées par l’abbé Fouque sont nombreuses et diverses, mais sont toutes destinées à aider les plus vulnérables : orphelins, enfants handicapés, jeunes filles en danger moral, personnes âgées, malades …. Bon nombre d’entre elles perdurent encore aujourd’hui.

Depuis 2007, une Union des Œuvres et Amis de l'abbé Fouque a été créée, sur l’initiative de divers responsables d’associations créées par l’abbé Jean-Baptiste Fouque. L’objectif de cette Union est de rassembler et multiplier les synergies entre les associations créées par Jean-Baptiste Fouque, faire connaître l’abbé Fouque et ses œuvres, faire perdurer et promouvoir l’esprit de charité de l’abbé Fouque, faciliter l’entraide et les échanges entre les membres de l’Union, œuvrer à la béatification et à la canonisation de l’abbé Jean-Baptiste Fouque.

Près d'une dizaine d'œuvres qui perdurent encore aujourd'hui pour la plupart...
En 1877, l'abbé Jean-Baptiste Fouque fut affecté comme vicaire à la paroisse d'Auriol. Il se révéla alors comme l'homme de la pratique, davantage que de la simple théorie. 

En 1880, recevant en don, au nom de la paroisse, l'immeuble qui abrite aujourd'hui le Cercle Saint Pierre d’Auriol, il créa de multiples œuvres, dont un orphéon en 1881, Les Amis Réunis. Depuis plus de 15 ans, la musique des Amis Réunis répète toute l’année pour qu’au temps de Noël, elle propose au public la présentation de la célèbre Pastorale d'Auriol.

Dès 1888, il inaugura, pour accueillir les jeunes filles, une Maison d’accueil La Sainte Famille, confiée plus tard aux religieuses de la Présentation de ToursPour ces jeunes filles, il voulut un abri stable, les moyens et la formation pour trouver un travail et des soins au sein d’une armature morale solide, éclairée par « les rayons consolants de la foi ». Ainsi, en 1901, l’abbé Fouque rattacha l’œuvre de La Sainte Famille à l’œuvre de la Protection de la Jeune Fille et constitua le Comité des Dames Patronnesses de la Maison d’Accueil. Les Amies du Foyer naquit en 1903, reliée à l’Association Internationale Catholique pour  la Protection de la Jeune Fille.

Découvrez Les Amis du Foyer.

Le 3 octobre 1892 pour les enfants les plus abandonnés, sans famille, il fonda, rue Villa Paradis,  L’Enfance délaissée. L'institution sera transférée en 1894 dans le quartier de Sainte Anne, sous le nom de la Maison des Saints Anges Gardiens et sera confiée aux Filles de la Charité.  Elle deviendra par la suite L’Association Fouque qui a été, quant à elle, reconnue d’utilité publique en 1898. Aujourd'hui, l’Association a en charge 500 enfants, jeunes adolescents en difficulté de 2 à 21 ans au sein de 9 établissements. 

En 1896, l’abbé Fouque créa la Résidence MARENGOqui demeure aujourd’hui l’une des œuvres les plus anciennes de celui que l’on nomma le Saint Vincent de Paul de Marseille.

En 1903, deux nouvelles œuvres voient le jour : un restaurant féminin et une maison d’accueil pour les domestiques et employées sans famille à Marseille.

La même année, il rouvre l’ancien Pensionnat des Dames de la Doctrine Chrétienne, pour y installer un établissement scolaire, à l’origine du Cours Saint Thomas d’Aquinl’une des rares institutions de l’abbé à avoir fermé.

1905 fut l’année de la création de La Salette, œuvre destinée en première intention aux seules femmes âgées. D’abord installée dans l’ancien couvent des Sacramentines, avenue du Prado, plusieurs fois déménagée, elle est définitivement transférée en 1946 à La Maison de Montval dans le quartier de Sainte Marguerite (9ème). A partir de 1933, ce sont les Sœurs de la Charité qui prirent en charge la maison de retraite. Elles hébergent alors des hommes et des femmes, et l’institution devient La Salette-Montval en référence à Notre Dame de La Salette et au nom du domaine sur lequel elle est toujours située, un parc de 3 hectares au milieu d’arbres centenaires.

L’établissement, progressivement rénové depuis 2005, peut accueillir jusqu’à 175 résidents.
Pour découvrir la Salette-Montval: www.salette-montval.com 

Puis le 27 novembre 1913, l’œuvre de L’Enfance coupable fut créée dans le quartier de Saint Tronc. Confiée aux Prêtres de Saint Pierre ès Liens de l’abbé Fissiaux, cette maison de redressement a pour vocation d’aider les jeunes garçons ayant commis des actes de délinquance à se remettre sur le droit chemin.

Ses deux dernières œuvres furent inaugurées en 1921 : à Marseille, l’Hôpital Saint Josephgéré alors par les Sœurs de la Présentation de Tours, présentes jusqu’en 1981 ; et à Montfavet (Vaucluse), le Château Saint Ange pour l’Enfance anormale, aujourd’hui L’Institut Saint Angemembre de l’Association Fouque.

 

Aujourd’hui encore, les valeurs humanistes et chrétiennes portées par l’abbé Fouque toute sa vie durant, continuent d’animer les personnels, les administrateurs et les bénévoles des œuvres qui lui ont survécu, à une époque où la solidarité et la générosité sont plus que jamais nécessaires.


© Fondation Hôpital Saint Joseph - Plan du site - Crédits - Nous contacter